Dans un mois ouvriront de nouvelles chambres d’hôtes de luxe – à prix abordables – au château Mayne Lalande, à Listrac Médoc.

Pour des nuits au calme, le client sera servi. Le Château Mayne Lalande, à Listrac Médoc, se situe en pleine nature, entre vignes et forêts, mésanges, merles et chevreuils. Il offrira très bientôt, à la fin du mois de mai, cinq chambres d’hôtes, dans un bâtiment de pierres de taille superbement restauré, situé juste en face des chais et du cuvier.

Pour le propriétaire des lieux, Bernard Lartigue, c’est l’aboutissement d’un rêve, celui de faire vivre autrement ce domaine qu’il exploite depuis bientôt trente ans, pratiquement créé de toutes pièces, après avoir repris la propriété familiale, qui donnait dans la polyculture. Aujourd’hui, le vignoble représente une quinzaine d’hectares et le vin qu’il produit est unanimement considéré comme l’une des locomotives de l’appellation, dont Bernard Lartigue a présidé aux destinées pendant plusieurs années.

Néanmoins, le rêve a pris, parfois, des allures de cauchemar. Le chantier de transformation de ces anciens petits logements et bâtiments agricoles a pris plus de temps que prévu, des obstacles inattendus ayant surgi en cours de travaux. A l’arrivée, le résultat est magnifique. Sur près de 400 mètres carrés, ce sont cinq vastes chambres qui attendent les visiteurs. Toutes sont très bien équipées, avec de grandes salles de bains. Le mobilier, qui n’est pas encore totalement en place, marie habilement le design et le classique. La plus grande de ces chambres avoisine les 60 mètres carrés et se présente comme un duplex, avec, au rez-de-chaussée, cheminée et bibliothèque.

Clou de la maison, un espace de détente et de bien-être, avec grand jacuzzi et sauna. Il sera proposé dans un « forfait détente », avec la chambre et le petit déjeuner. Par ailleurs, une autre pièce recèle quelques trésors. Plusieurs centaines de bouteilles dans une cave privée, dont, assure Bernard, « les visiteurs auront la clé, pour qu’ils puissent choisir des vins dont j’assurerai la dégustation commentée ». Une fois par semaine, le propriétaire des lieux envisage d’organiser un dîner autour de produits locaux bien choisis.

On est donc clairement dans le luxe, mais sans ostentation. Les prix, eux, veulent rester raisonnables. De 80 à 150 € la nuit par chambre et pour deux personnes, selon la formule choisie, petits déjeuners inclus.

Evidemment, commente Bernard Lartigue, « la période de crise n’est sans doute pas très bien choisie pour mettre sur le marché un produit de ce genre. » Mais le projet a été lancé voilà près de trois ans, à une époque où l’on ne parlait pas de la crise et où les vins de Bordeaux étaient encore sur leur petit nuage du millésime 2005. Ce qui rend le challenge encore plus intéressant pour quelqu’un qui n’a jamais eu peur des défis.

Le « domaine des Cinq Sens » – c’est le nom commercial choisi par le propriétaire – est d’ores et déjà sur les tablettes des organisateurs de circuits oenotouristiques en Médoc. Reste à savoir si les clients, eux, seront au rendez-vous. L’été, qui s’approche à grands pas, permettra de répondre à cette question.

 


Laisser un commentaire