NOUS VOUS ATTENDRONS

Le choc du coronavirus n’a épargné personne. J’ai une pensée sincère pour tous ceux qui auront souffert de la perte d’un proche, ou qui auront été malades. J’ai également une pensée reconnaissante pour tous ceux et celles qui au quotidien prennent des risques pour faire tourner la société, en particulier pour les soignants.

A des degrés divers, nous avons tous subis les conséquences du confinement. Tous les aspects de nos vies ont dû être repensés. La famille, le travail, notre conception du monde est brutalement remise cause. La course folle de notre civilisation s’est arrêté, au moins pour un temps, que nous n’aurions pas pu croire aussi long.

Un bien pour un mal, oui sans doute mais à quel prix. Le traumatisme engendré nous marquera pour longtemps. Notre façon de voir le monde va t-elle changer ? … L’avenir nous le dira.

La vision de ces routes désertes, de ces rues vidées est-elle celle d’un monde assagi, ou celle d’une torpeur ?


Ce bouleversement, ses conséquences sont évidemment anxiogènes, un syndrome post traumatique.

Cette lenteur des choses que nous subissons, nous la ressentons évidemment moins dans notre ruralité. Le facteur temps de l’agriculteur n’est pas une contingence humaine, c’est la nature qui l’orchestre. La paisibilité de nos campagnes et de ses gens n’a pas changé.

Si l’on peut curieusement voir des animaux sauvages s’aventurer aux portes des villes, le nombre d’humains dans notre territoire de Listrac est égal à celui d’avant la pandémie: faible.


Sur le domaine la vie suit son cours. Cette période printanière est sans doute l’une des plus actives dans notre métier de vigneron.

Tout s’accélère avec cette belle pousse des vignes, qui commence à redonner couleur au paysage. Au même titre que la nature nous donne une belle leçon sur sa toute puissance avec le coronavirus, nous subissons de plein fouet les blessures que nous lui avons infligé.

 Avec le dérèglement climatique, en quelques semaines nous avons eu des chaleurs hors normes, suivi immédiatement par un gel qui devient maintenant habituel, et enfin de la grêle. Contrairement à certains confrères nous avons été chanceux, pas de dégâts.


Toutes ces erreurs sur l’environnement, notre ressenti d’homme de la terre nous le fait percevoir sous un angle plus direct que le citadin.

Sans être fataliste, nous savions en avance.

Le métier de vigneron est une danse avec la nature, grâce à la vigne nous dessinons des paysages harmonieux. Ensemble nous produisons le vin, fait pour être partagé dans la joie. Le facteur humain est au centre de mon activité.

D’abord dans son rôle de partenaire avec le sol et la plante, mais aussi dans sa finalité de procurer le plaisir échangé d’une convivialité autour de nos millésimes.

J’ai créé Mayne Lalande avec une conviction : celle de l’harmonie.

Littéralement Mayne Lalande signifie « la maison à la lisière de la forêt », J’ai choisi ce nom parce qu’il illustre parfaitement cette concomitance entre la nature et l’homme, chacun devant servir équitablement l’autre.

Au delà de ses vignes, le domaine couvre une partie de forêt, de lande, et de pâture. Toute la biodiversité locale est représentée.. et préservée. Il y a le vignoble à l’est, puis en allant vers l’ouest des pâtures, la lande médocaine et enfin la forêt.

Dans ce dégradé de biotops, aux abords du village, se trouve le château.


Au fil de la création de Mayne Lalande, quand le vignoble et les installations techniques ont été terminés il manquait quelque chose pour partager mon rêve de vigneron.

Il manquait une maison, un maison au coeur de cet univers.

J’ai restauré sans en changer son architecture ce magnifique corps de bâtiment pour offrir un espace de vie chaleureux et raffiné dans un cadre naturel préservé de toute pollution de l’air et du bruit, hors de toute urbanisation.

Depuis 10 ans maintenant, nos cinq chambres accueillent des visiteurs venus chercher le calme dans notre pays du vin.

10 ans de rencontres, de nouvelles amitiés.

Cette maison, ma maison est l’âme de la propriété. Elle est aussi la vôtre.

Mais aujourd’hui elle est bien triste et bien vide.

Je n’ai qu’une seule hâte, qu’elle revive à nouveau.

Entouré par toute mon équipe, avec patience et confiance, nous vous attendrons !